La miniature : une oeuvre d’art à part entière

Loin d’être uniquement  » une peinture en petit « , bonne à ranger parmi les bibelots, la miniature est une oeuvre d’art à part entière. Elle apparaît en Angleterre, à la cour des Tudors où, sous le règne d’Élisabeth Ier, son rôle est indispensable à la politique et à la célébration de la personne royale. Liée à la littérature et à la poésie, elle acquiert un sens savant et emblématique. En raison précisément de ses dimensions réduites, elle a tenu un rôle majeur dans l’histoire de la société et des sentiments. Facilement cachée, offerte ou dérobée, tenue sur soi, échangée entre amants, parents ou amis, elle fut le précieux témoignage des sentiments. Image-souvenir indispensable lors d’une séparation, elle est alors souvent multipliée après la mort.

Montée en bijou, présente sur ou à l’intérieur d’une boîte ou dans un écrin pour échapper aux regards indiscrets, accompagnée des cheveux de l’être cher, elle fut ardemment aimée, comme en témoignent la littérature et la peinture. Elle fut aussi un cadeau diplomatique entre souverains, même si sa connotation demeure sentimentale. Peinte sur ivoire à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, elle connaît un engouement qui touche toutes les classes de la société et que la Révolution puis les guerres napoléoniennes ne feront qu’amplifier. Ses rôles divers sont décrits, accompagnés d’une évocation des artistes les plus talentueux et originaux qui ont pratiqué cet art, en Angleterre, en France et dans toute l’Europe où la miniature règne jusqu’au milieu du XIXe siècle. Entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, son âge d’or, elle est relayée par le physionotrace, gravure de portrait en petit, puis par la miniature sur porcelaine dure qui se développe et se perfectionne durant la première moitié du XIXe siècle.

A partir de 1850, la photographie remplace peu à peu la miniature qui, avant de céder sa place, tâchera d’adopter le style de ces nouveaux portraits.

sources : La miniature, portrait de l’intimité Auteur: Jacqueline du Pasquier editeur: Norma

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.